Maintenant nous sommes 7

Par où aller et que choisir maintenant, nous y avons pensé et repensé cette semaine. Nous voulions initialement passer par le nord de l’Argentine et le Paraguay pour voir Iguazu, puis redescendre à Buenos Aires. Mais durant le mariage, nous avons parlé avec des cyclistes qui ont parcouru les routes d’Argentine. En janvier et février, sur toute cette partie du nord, il fait très très chaud et il pleut. C’est tout plat et plein de monocultures pendant de longs kilomètres. Nous changeons donc le plan initial et décidons de remonter à Amaicha pour retrouver la route 40, bien appréciée par les voyageurs, descendre par cette route vers le sud où nous pourrons, puis remonter à Buenos Aires avec un camion quand la date de notre vol approchera. Voir le sud de l’Argentine et voir Iguazu au nord, n’est pas compatible. Ça sera peut-être pour une autre fois ??

Nous sommes contents de reprendre la route, nous ne sommes plus pressés du tout, nous n’avons plus de dates ni de lieu à atteindre, nous allons aller tranquillement vers le sud, tranquilles, plus de camion-stop, plus de frustration, plus de longues journées, plus de kilomètrages à surveiller. Tranquilles, profitons, savourons, roulons et vivons.

01IMG_7080.jpg

Pour la reprise, nous avons tout de notre côté: nous sommes bien reposés, pas de pluie, petit vent, et pour une fois, dans le dos, bonne route avec très peu de voitures et avec une bordure cyclable, belle vue dans la vallée de Tafi. Heureusement, car pour commencer, nous avons une belle côte de plus de 1000 mètres de dénivelé à monter. Nous pensons bien à Nicolas, qui rentre en France chargé de nombreuses affaires que nous ne voulions plus, les vélos sont plus légers et c’est super, car nous serons sur les routes encore 4 mois. Nicolas et Brigitte nous ont offert de très bons chocolats (difficile à acheter en Argentine) et nous consacrons tout un paquet pour cette montée. Mmmmniam …. Mmmm Merci merci
Quel régal!
Nous-nous arrêtons tous les 100 mètres de dénivelé, un chocolat et c’est reparti. Ainsi, la côte avance, et petit à petit nous sommes en haut et il n’y a plus de chocolat.
02IMG_7110.jpg
Un chien noir a passé une semaine devant la maison de Tafi avec nous. Quand nous sommes descendu à l’arrêt de bus, pour notre courte visite à Tucuman, il nous a accompagné, puis nous sommes monté dans le bus, il a dû remonter dans le jardin. Trois jours plus tard, quand nous sommes revenus pour y passer la nuit, il était là, devant la maison, alors qu’il n’y avait personne et nous a fait la fête. Ce matin, pour notre départ à vélo, il est à nouveau descendu avec nous et nous a suivi. Nous avons demandé à des promeneurs de le raccompagner en ville, il n’a voulu suivre personne. Nous avons demandé à un monsieur de le garder le temps d’avancer pour qu’il revienne seul à Tafi. Il nous a vite rattrapés. Les kilomètres passent et il est toujours là.


Il a monté toute la côte et nous-nous disons qu’il n’arrivera pas a nous suivre en descendant, nous allons trop vite, il restera derrière, il reviendra à Tafi ou il suivra quelqu’un d’autre. Mais non, il continue. Je crois qu’il nous a choisi pour vivre une aventure avec nous. Adam réduit sa vitesse en descendant, c’est bien la première fois depuis 6 mois, sinon rien ne le ralentit. Il est inquiet pour le chien et ne va donc pas trop vite. Nous appelons notre nouvel ami TAFI et décidons donc de nous occuper de lui, vu qu’il a tant insisté pour nous accompagner. Il nous a choisis, nous l’accueillons. Le problème, c’est qu’il ne sait pas que la route est dangereuse et il la traverse régulièrement en nous faisant bien peur quand les voitures passent.
04IMG_4550

C’est aujourd’hui que nous fêtons les 5000 km parcourus à vélo depuis le départ.
05IMG_7143.jpg


Nous-nous arrêtons avant d’arriver à Amaicha. Aucun camping sauvage n’est possible au bord de la route étroite avec des pierres des deux cotés. Deux filles jouent devant une maison, papa et maman nous accueillent spontanément et simplement. Nous partageons une soupe et de délicieuses tortillas, Maya joue avec la petite Ariane, on ne la voit pas de toute la soirée, Mila et Olga raffolent du petit chat, Tafi s’est installé devant la porte de la maison. Nous montons les tentes dans leur cuisine, Martin, le papa, apprend à Maya divers tissages. Ils vivent d’ailleurs de la vente des bijoux qu’ils fabriquent avec des pierres, des plumes, des fils de couleurs… Encore une belle rencontre.

Les trois jours suivants, nous roulons sous une grande chaleur. Les kilomètres passent péniblement, même si la route est belle.


Il faut que nous changions notre rythme. Nous-nous sommes habitués au lever avec le soleil. En haute montagne c’était parfait, avec le soleil, le grand froid de la nuit disparait, mais ici, avec le soleil commence une chaleur lourde. Il faut donc partir très tôt pour profiter des agréables heures de fraicheur matinale. Nous-nous levons donc à 5h05 et repartons avant le lever du soleil. Petit déjeuner dans le premier village et c’est reparti. Cela nous permet de nous arrêter au début de l’après-midi pour une baignade, le repas, l’école et la nuit. Le matin, nous avançons bien et ça nous réjouit. Même si nous ne sommes pas pressés, nous aimons voir notre route avancer petit à petit, et sur ce terrain facile, nous arrivons à rouler plus de 50 km par jour, ce que nous ne faisions jamais en montagne.
09IMG_720709IMG_722109IMG_7250
La route est assez désertique, avec peu de plantes, quelques arbustes et parfois un alga robo par-ci, par-là. L’alga robo est pratiquement le seul arbre qu’on rencontre ici. Il peut être petit comme un buisson lorsque les conditions sont rudes, ou devenir un géant magnifique, offrant une ombre épaisse. Ses fruits sont des gousses dont les graines sont comestibles en farine ou en confitures. Adam aime profiter de leur ombre.

10IMG_7289.jpg

La route n’est pas monotone du tout, les montagnes, assez proches, ont des reliefs et des couleurs étonnants, tantôt de grandes strates tourmentées rouges intenses ou beiges et ocre, tantôt des collines plus sages, un peu enherbées, avec quelques grands cactus. Les quebradas ajoutent au tableau des veines vertes de végétation plus fournie. Dans la première partie, là où la route suit le Rio Santa Maria, la vallée est verte, peuplée de vaches, puis lorsque la route monte en s’éloignant du Rio, il n’y a plus que des dunes.


On ne voit plus d’alpagas, de vigognes ou de lamas. Il y a des chevaux, des ânes, des chèvres. Les chevaux semblent affamés, les ânes sont nombreux et traversent souvent la route à notre approche. Nous avons croisé deux renards gris, dont la couleur se fond dans le sable et les herbes.

Les distances entre les villages sont parfois grandes, du désert, pas d’eau, pas d’abris durant de longs kilomètres. Nous faisons de bonnes provisions et chargeons les tandems à bloc de réserves d’eau. Après Punta de Balasto, en théorie, il n’y a rien pendant 70 Km. Nous arrivons ici à 11h et décidons de continuer et passer la nuit dans le désert pour arriver le lendemain à Hualfin. Nous dormons derrière une chapelle, elle nous protège du vent.

13AIMG_7262Nous-nous félicitons bien d’avoir roulé le matin, car dans l’après-midi, il fait chaud chaud chaud, lourd, pas d’air, puis un vent très fort se lève et nous l’aurions eu dans le nez, et enfin, le soir, il pleut un peu. Finalement, quand nous reprenons la route le lendemain, nous rencontrons une ferme isolée, à 41 kilomètres du dernier village. La ferme a l’eau du puits, l’électricité des panneaux solaires, des chèvres et des poules dont la vente assure la vie de la famille de Blanca. Nous y prenons notre petit déjeuner et profitons de la bonne ombre des grands alga robo.


La route est asphaltée avec peu de trafic mais comme se sont des longues lignes droites avec peu de virages les voitures qui passent vont à toute vitesse. Il n’y a pas de bande cyclable. Nous prenons l’ancienne route 40 juste au niveaux de Hualfin, la nouvelle ne passe pas par le village. Elle est sableuse mais côtoie des rochers magnifiques.
14IMG_7308.jpg
Le gentil chien Tafi est en fait une chienne, nous décidons que son prénom Tafi va aussi pour une fille. Elle nous a suivis pendant de longs kilomètres, passé les nuits auprès de nous et reprenait la route quand nous montions sur les vélos. Elle a tant couru, de toutes ses forces, lorsque la route descendait, qu’elle s’est blessée les pattes. Tout a coup, nous l’avons vue ralentir, boiter, et quand nous avons remarqué que ses pattes saignaient nous-nous sommes dit que nous ne pouvions pas la laisser maintenant, alors qu’elle a décidé de voyager avec nous, alors qu’elle a mis tous ses efforts et son ardeur pour venir jusqu’ici. Au premier village, nous trouvons une caisse en bois qu’on fixe sur le porte-bagage d’Adam. Adam veut transporter Tafi dans les descentes, et si besoin, jusqu’a la guérison de ses pattes. Je me dis que nous sommes fous de rajouter un chien à notre équipage. Mais je me vois aider les enfants à s’occuper d’elle. Nous lui enlevons ses tiques, désinfectons ses plaies, cuisons 100 grammes de pâtes de plus, ou demandons un plat de riz en plus de notre déjeuner, partageons notre eau et notre pain dans le désert. Nous avons un chien. On a bien fait de faire les tris, allégé les vélos, pour ensuite y installer une caisse et un grand chien dedans!
15IMG_7205

Tafi a un regard doux, elle bat le sol avec sa queue dès que l’un de nous s’approche, nous ne l’appelons pas, elle nous suit tout le temps, elle n’aboie pas sur les chiens ou les gens que nous croisons, par contre, elle a aboyé la nuit, près de la chapelle quand quelqu’un s’est rapproché pour faire sa prière. Nous avons donc un chien qui nous garde la nuit et un compagnons de route dans la journée. Adam tient absolument à la transporter tant que ses pattes n’ont pas guéri et soutient de ne pas être trop chargé. Nous le laissons faire. Les enfants sont ravis et nous, les parents, nous-nous étonnons nous-mêmes d’être d’accord pour sa compagnie et essayons de ne pas penser à comment on fera après.
16IMG_4608.jpg
Mila: Tafi nous a choisi et maintenant c’est un chien voyageur.
Adam: Mais ça te gêne en quoi, maman, si elle est lourde alors que c’est avec moi qu’elle va, et je te dis que ça va.
Maya: Cette nuit j’ai rêvé que Tafi parlait.
Olga: Bonne Tafi, je t’aime.
17AIMG_7091.jpg
Et bien, oui, il faut que j’avoue, nous aimons notre nouvelle compagne, nous sommes tous inquiets, voyant qu’elle continue a boiter. Ah cette route! qu’est-ce qu’elle nous prépare encore?

Nous montons au point haut de cette partie à 2304 mètres. Ce n’est pas vraiment un col, la montée est longue, mais très douce et en été, malgré cette altitude, il y fait très chaud, facilement plus de 40°. Autour de nous, les reliefs plissés de grandes strates, rouges, jaunes, ocres, des dessins, des couches, des formes ressemblant parfois à des châteaux de sable mouillés, des trous, des frises irrégulières. La quebrada de Hualfin nous offre un spectacle coloré et inattendu.

17IMG_459717IMG_459817IMG_7312
Samedi 29 décembre nous arrivons à Hualfin. Après le déjeuner, le plein d’essence pour le réchaud et les courses, nous grimpons les 4 km de piste à la sortie du village pour aller aux thermes. L’endroit est très joli, entouré de roches colorées, d’arbres, d’un petit cours d’eau. Très bon endroit pour camper. Un petit lama est né aujourd’hui, il tremble encore sur ses pattes.
18IMG_731518IMG_7316
Nous sommes initialement un peu déçus des bains thermaux, qui sont des sortes de salles avec une grande baignoire d’eau chaude. Pas de piscine à l’extérieur. Mais finalement ce bain nous fait un très grand bien, l’eau est à 36°, c’est très propre et très peu cher (100 pesos – 2,50€ pour le camping et la baignade pour toute la famille). Malgré la taille assez réduite de ces piscines les enfants y jouent vraiment bien, l’eau fait un grand bien à tous et donc nous restons ici un jour.

19IMG_7324


Ici Adam révise la physique avec papa.
20IMG_4606.jpg
Mila et Olga aiment les mathématiques avec des cailloux.
21IMG_7349
Pancakes aux pommes, bain, école, sieste, perroquets, la matinée calme, l’après-midi au vent, cabanes, jeux, encore un bain et bon dodo. Demain c’est le dernier jour de l’année. Nous allons à Belen.

10 commentaires

  1. Bien émouvante, cette rencontre suivie de l’adoption de Tafi ..! et oui, jusqu’où va-t-elle vous accompagner ?
    Et au fait, bonne année, sur votre route vagabonde ! Que votre voyage se poursuive sereinement !
    Ch.

    J'aime

  2. Que de belles rencontres et de beaux paysages vous nous faites partager. Aussi pour cette nouvelle année, je vous souhaite encore plein de bonheur, d’émotions à découvrir et de courage pendant cet étourdissant périple.
    Odile

    J'aime

  3. Bonjour,

    Avec les vacances, j’ai du temps pour lire vos magnifiques textes et contempler vos photos grandioses! J’avoue que j’avais pris involontairement pas mal de retard en cette fin de trimestre bien chargée!

    La rencontre de Tafi est touchante, et réveile en nous de belles histoires lues ou vues en film.

    En ce jour de 1er janvier, je vous souhaite à tous une excellente année 2019, avec en premier la poursuite heureuse de cette aventure extraordinaire, et en particulier à Adam, qui a l’air d’avoir bien grandi sur les photos.

    François Gautier

    J'aime

  4. Bonjour à tous ! Et joyeuse année de voyage pour les mois qui viennent. Détendue, sans pression que de la curiosité et de la bienveillance… Ça y est me voilà revenu à Chambéry avec toutes vos affaires y compris les épices… Bon je vois que j’ai bien fait de reprendre quelques kilos ! Quelle histoire avec Tafi incroyable… Nous en avons tous bien rigole.

    J'aime

  5. Quel beau chien mais il ne pourra pas prendre l’avion plus tard ! Il faudra lui trouver d’autres amis mais on s’attache et ça va être dur. !Encore quelques mois ! Et nous allons vous retrouver avec des yeux ébahis, tous très fiers de vous avoir suivis. Quel beau voyage dont nous aurons tous profité. Que tout se termine bien et beaucoup de souhaits chaleureux pour vous accompagner. Plein de bisous aussi. Monique et Michel

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s